Comité de Surveillance OTAN

Kosovo & ex-Yougoslavie

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer

ROMS D’EX-YOUGOSLAVIE (KOSOVO ET METOHIA) :
PEUPLE EN DANGER !

26 mars 2005

Halte à la destruction massive et systématique des biens et du patrimoine rom !

Halte au nettoyage ethnique subit par les Roms de Kosovo et Métohija !

Suite aux dernières nouvelles en date du 23 mars 2005, nous étant parvenues depuis Kosovska-Mitrovica, la municipalité albanaise et ses politiciens ont pour projet de raser entièrement le quartier rom de la rue Fabricka afin de le réaménager avec diverses structures municipales. Les Roms habitaient ce quartier depuis plus de 4 siècles et même durant la seconde guerre mondiale, les Roms du Kosovo n’avaient vécu de tragédie aussi grave.

Il est urgent, plus que jamais, aujourd’hui, de faire réagir la communauté internationale afin d’arrêter ces destructions envers ce peuple vulnérable.

Ci-joint, la lettre d’appel à la communauté internationale.

 

Nous soussignés, demandons aux instances internationales la protection du Peuple rom d’ex-Yougoslavie contre les atteintes persistantes à sa sécurité physique et contre la destruction systématique de ses biens et de sa culture. Nous demandons que soient reconnus à juste titre les dommages physiques et moraux subis.

Nous considérons comme criminelle et prématurée toute entreprise de retour au Kosovo des Roms actuellement en exil. Un retour ne peut être envisagé tant que les droits élémentaires de sécurité, d’accès au travail, à l’éducation et à la santé ne sont pas garantis. Les évènements de mars dernier démontrent clairement que de telles garanties ne peuvent être assurées.

1)

Les Roms du Kosovo continuent d’être les victimes d’une guerre qui n’a jamais été la leur. Sur les plus de 140 000 Roms habitant cette province avant 1999, plus de 90% d’entre eux ont été contraints à l’exil. Ceux qui sont restés vivent en exil intérieur dans la misère, sous la menace permanente, pour la plupart dans des camps (sans pour autant bénéficier du statut de réfugiés) ou dans des enclaves où ils vivent prisonniers et isolés dans une terreur quotidienne. Ce qui reste des quartiers roms continue d’être livré au pillage et à la destruction.

Nous dénonçons :

  1. l’insécurité persistante,
  2. le leurre présenté au monde (dans la partie ethnique albanaise de la province) d’un maintient du fait multiethnique artificiellement entretenu par quelques cas alibis dans une zone où persiste une politique d’épuration ethnique envers les peuples non-albanais - l’épuration des Roms est d’ailleurs quasiment achevée, les entreprises d’intimidations, les agressions, les meurtres, les disparitions,
  3. la destruction des biens et des quartiers roms,
  4. l’incapacité des « leaders » roms à défendre leur peuple, leur non-représentativité, et leur compromission avec des pouvoirs qui agissent contre l’intérêt du peuple rom,
  5. l’immobilisme, l’incurie ou l’indifférence des institutions et organisations internationales dans leurs fonctions de défenseurs de la justice, de la démocratie et de la protection des victimes et des populations les plus vulnérables dans la situation de violence et crise qui persiste au Kosovo,
  6. les mensonges visant à présenter la communauté rom du Kosovo comme des collaborateurs des actions serbes. Les Roms restent les victimes d’un conflit qui ne les concernent pas.

Nous demandons :

  1. que soient assurées la sécurité et la liberté pour le peuple rom par la mise en place d’une véritable protection des individus et des biens, et notamment que les quartiers Roms soient déclarés patrimoine de l’humanité et protégés comme tel,
  2. l’accès aux droits juridiques, humains et sociaux pour tous,
  3. la mise en place d’un véritable processus démocratique—avec la reconnaissance des Roms comme partenaires à part entière:
    • en instaurant le droit de vote aux Roms en exil lors des consultations aux élections,
    • en mettant fin au clientélisme, au recours aux membres de partis et électeurs fantômes, et autres escroqueries électorales,
  4. un réel engagement des instances internationales auprès du peuple rom et la reconnaissance du statut de victimes des familles spoliées, victimes de dommages moraux et physiques.

 

2)

Le peuple rom des républiques de l’ex-Yougoslavie fait partie des richesses et du patrimoine humain, économique et culturel de cette région. Il a droit au même titre que tous les autres peuples et citoyens de l’ex-Yougoslavie à vivre sur la terre de ses ancêtres dans le droit, la sécurité et la liberté.

Aujourd’hui le peuple rom du Kosovo a été spolié, massacré, dispersé, méprisé, oublié. La tragédie que les Roms continuent d’endurer depuis la guerre en 1999, est la plus grande catastrophe qu’ils aient subie depuis le génocide de la deuxième guerre mondiale.

Que se soit en Bosnie, au Kosovo ou ailleurs, en période de guerre ou de crise, les Roms sont victimes ou boucs émissaires au sein d’enjeux qui leurs sont étrangers, et lorsque vient le moment du règlement des crises, leurs droits et leur existence sont systématiquement négligés, oubliés.

Nous demandons :

  • que l’on cesse de jouer avec le destin de ce peuple considéré comme nulle part chez lui,
  • d’internationaliser la protection du peuple rom de l’ex-Yougoslavie,
  • la reconnaissance et l’applications des droits fondamentaux pour les Roms .

 

Cette lettre sera adressée à tous les principaux responsables de la Communauté Internationale.

Les premiers signataires :

URYD France (Union des Roms de l’ex-Yougoslavie en Diaspora), Troyes - France

Romano Dzuvdipe - URYD Belgique

Fleuve IBAR, Troyes - France

Ternikano Berno, Paris- France

Rromano Phralipe, Besançon - France

C.C.P.E.C.O, La Chapelle Saint Luc - France

Pravo i Zastita Roma, Leposavic - Srbija i Crna Gora (Kosovo)

Comitee for the Peace in Yougoslavia, Genève - Suisse

Macha Sinègre-Davis, Avocat à la cour, Paris - France

Dragan Tomich, journaliste, Paris - France

D.S.R. (Parti Démocratique Rom), Belgrade - Serbie-Monténégro

PECO (Partenariat Europe Continentale)

Association Romani Phuu, Bruxelles - Belgique

Luis Dalmas (Balkans Infos) -France

Opre Roma, NGO

Bachtale chave, mouvement des jeunes Roms

Romane Dzuvia, mouvement des femes

Organization VLOS, Sint-Niklas-Belgique

Secrétariat auprès de la Communauté genevoise d’action syndical

Derniers textes publiés :

De l’utilité de faire la guerre au Kosovo
Georges Berghezan

Constitution de l'Alliance pour la neutralité du Montenegro

Des milliers de manifestants contre l'Otan à Belgrade
Sputnik

Le Monténégro choisit l’OTAN contre l’avis de sa population
Georges Berghezan

Monténégro: Prière de ne pas gêner la propagande de l'Otan !
Sputnik

Yougoslavie : Quand on prend l’avenir pour le passé - Raisons pour lire : Quand "Le Monde… Décryptage des conflits yougoslaves", de Fabrice Garniron
Diana Johnstone
Le Grand Soir

Le Monténégro, prochaine victime de l’expansionnisme de l’OTAN ?
Gojko Raicevic

Bail prolongé pour l'OTAN au Kosovo
Georges Berghezan

Kosovo : Dialogue et lacrymos
Georges Berghezan

Il y a 20 ans, la Yougoslavie explosait (2e partie)
Georges Berghezan

De la guerre contre les terroristes à la guerre à leurs côtés

Il y a 20 ans, la Yougoslavie explosait
Georges Berghezan