Comité de Surveillance OTAN

Kosovo & ex-Yougoslavie

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer

Aveux tardifs

19 mai 2003

Dans un article consacré au très relatif "déclin du crime" au Kosovo, un ancien officier britannique se souvient comment les troupes de l'OTAN sont restées de marbre face au nettoyage ethnique de Serbes peu après la guerre de Bosnie. L'officier fait référence au transfert à la faction musulmane, au début 1996 et en application de l'accord de Dayton, de quartiers de Sarajevo tenus par les Serbes pendant toute la guerre. Jusqu'à présent, la version officielle était que la population serbe était partie de son plein gré. On se rappelle du scandale - et des sanctions - suscité par un officier français ayant alors dit que les Serbes avaient le choix "entre la valise et le cercueil". Il faudra sans doute encore attendre quelques années pour des responsables occidentaux admettent qu'un phénomène semblable s'est produit au Kosovo, avec encore plus d'ampleur et de violence. A partir de juin 1999, 300.000 Serbes, Roms, Slaves musulmans, etc. ont été expulsés par des extrémistes albanais sans qu'aucun des 50.000 soldats de l'OTAN présents ne bouge le petit doigt pour décourager cette nouvelle vague de nettoyage ethnique. (Georges Berghezan)

Voici donc un extrait de cet article, publié dans l'International Herald Tribune du 19 mai 2003.

"The basic lesson of everything we have done is that you cannot have the basis of democracy if you don't have the rule of law," said Simon Haselock, spokesman for the United Nations Interim Mission in Kosovo. "We have factionalization, mafias and all these other problems because we didn't start by establishing the rule of law."
Haselock was a British Army officer with the international peacekeeping mission in Bosnia. He recalled that in the war in Bosnia a decade ago, 70,000 ethnic Serbs were forced out of their homes in Sarajevo by the ethnic Muslim police and vigilantes after Bosnian Serb fighters withdrew.
"The reason that happened is because NATO said it will not be a police force in that area, and where do we hear that again?" he said. "They sat by in Sarajevo while people looted, stole and burned."

traduc approchée

"La leçon fondamentale de tout ce que nous avons fait, c'est que vous ne pouvez pas avoir les bases de la démocratie si vous n'avez pas le règne de la loi ["rule of law"]" a déclaré Simon Haselock, porte-parole pour la mission provisoire des Nations-Unies au Kosovo. "Nous avons des factions, des maffias et tous ce genre de problèmes parce que nous n'avons pas commencé en établissant le règne de la loi."
Haselock était un officier de l'Armée Britannique dans la mission internationale de maintien de la paix en Bosnie. Il rappelle que, dans la guerre en Bosnie, il y a une dizaine d'années, 70.000 Serbes bosniaques avaient été chassés de leur maison à Sarajevo, par la police et les volontaires musulmans, après que les combatants serbes se soient retirés.
"La raison pour laquelle cela s'est passé, c'est que l'OTAN a déclaré qu'il ne serait pas une force de police dans cette zone, et où est-ce qu'on a encore entendu cela?" a-t'il dit. "Ils sont restés assis à Sarajevo pendant que les gens pillaient, volaient et incendiaient"

Derniers textes publiés :

De l’utilité de faire la guerre au Kosovo
Georges Berghezan

Constitution de l'Alliance pour la neutralité du Montenegro

Des milliers de manifestants contre l'Otan à Belgrade
Sputnik

Le Monténégro choisit l’OTAN contre l’avis de sa population
Georges Berghezan

Monténégro: Prière de ne pas gêner la propagande de l'Otan !
Sputnik

Yougoslavie : Quand on prend l’avenir pour le passé - Raisons pour lire : Quand "Le Monde… Décryptage des conflits yougoslaves", de Fabrice Garniron
Diana Johnstone
Le Grand Soir

Le Monténégro, prochaine victime de l’expansionnisme de l’OTAN ?
Gojko Raicevic

Bail prolongé pour l'OTAN au Kosovo
Georges Berghezan

Kosovo : Dialogue et lacrymos
Georges Berghezan

Il y a 20 ans, la Yougoslavie explosait (2e partie)
Georges Berghezan

De la guerre contre les terroristes à la guerre à leurs côtés

Il y a 20 ans, la Yougoslavie explosait
Georges Berghezan