Comité de Surveillance OTAN

Kosovo & ex-Yougoslavie

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer

Le calvaire des Roms au Kosovo

Marie-Pierre Lahaye
1 juillet 2003
source : B. I. Balkans-Infos N° 79

Un témoignage direct sur le sort des minorités au Kosovo

En février dernier, j'ai accompagné Sani Rifati et Rolf Orthel au Kosovo et en Macédoine. Né au Kosovo, Sani Rifati est rom. Il préside aujourd'hui Voice of Roma (VOR), une organisation basée en Californie et dont la vocation consiste à défendre la cause des Roms aux USA comme à l'étranger. Rolf Orthel est un cinéaste hollandais, spécialisé dans la réalisation de documentaires. Le but de notre voyage était de documenter le sort des Roms depuis le bombardement de l'OTAN en 1999. Alors qu'autrefois la Yougoslavie était le pays où les Roms bénéficiaient du plus de droits, aujourd'hui et plus précisément depuis que la majorité albanaise et les Nations Unies (UNMIK) administrent la région, leur situation s'est sérieusement aggravée.

En effet, depuis Juin 1999, les Roms ainsi que toutes les autres minorités du Kosovo (Serbes, Ashkaeli, Egyptiens, Bosniaques, Gorani, et juifs) ont tous été la cible de violence ethnique, à savoir, attaques à la grenade, mines antipersonnel, tir à bout portant et incendie volontaire. On estime à plus de 3.000 le nombre de victimes Roms qui ont perdu la vie dans ces circonstances. La plupart des Roms ont préféré fuir et abandonner leur maisons, maisons qui finiront par être soit occupées ou détruites par les nouveaux conquérants. Au jour d'aujourd'hui, aucune des 14,000 maisons incendiées ayant appartenu aux Roms n'a été reconstruite. Plus de 75 % de la population rom d'avant 1999 est dispersée sur plus de 20 pays d'Europe orientale, centrale et occidentale, sans le moindre espoir de retour ou de recevoir le statut permanent de réfugié ou d'asile politique dans les pays où ils se trouvent présentement. Les 25 % qui sont restés ou qui ont osé retourner au Kosovo vivent au jour le jour, ne bénéficiant que d'une aide minimale de la communauté internationale. Pristina, la ville principale du Kosovo, maintenant le fief des Albanais, est devenu une zone interdite aux Roms. Parlant plus volontiers serbe qu'albanais, les Roms ont dû se réinstaller dans ou à proximité des enclaves serbes. Selon le Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies (UNHCR), la situation des Roms reflète celle des Serbes avec des perspectives de développement économique très limitées et une pauvreté grandissante résultant directement de leur liberté de mouvement sérieusement restreinte.

Le camp de Plemetina est situé en dehors de la municipalité d'Obilic, dans une zone industrielle sans le moindre accès à des transports publics vers les centres urbains voisins. Le coin est absolument sinistre et déprimant. Le camp a été construit le long d'une voie de chemin de fer et derrière une centrale électrique. D'après les posters installés par Y Agence européenne pour la reconstruction, ce site est également le lieu envisagé par l'agence européenne pour reconstruire les maisons en faveur des minorités. Mother Teresa, une ONG basée à Pristina et gérée par les Albanais, administre le camp qui abrite 91 familles. Lors de notre visite, nous avons rencontré une famille dont la mère souffrait d'une maladie cardiaque qui nécessitait des soins à l'hôpital de Pristina. Terrifiée à l'idée d'être soignée par les mêmes personnes que celles qui avaient causé à sa famille la perte de sa maison, la mère préférait rester au camp. Nous l'avons découverte agonisante sur un matelas avec ses quatre enfants gesticulant autour d'elle pendant que sa jeune belle-fille de 17 ans tâchait de remédier à la situation. VOR a pris les dispositions pour emmener la malade à l'hôpital de Mitrovica géré par les Serbes afin qu'elle puisse y recevoir les papiers nécessaires pour son transfert à Belgrade où elle pourrait enfin être soignée. L'entrepôt de Leposavic est un autre camp abritant essentiellement des Roms, situé dans le secteur nord de Mitrovica, une cité toujours divisée par les problèmes ethniques. La plupart des réfugiés proviennent de la rue Fabricka, une "Mahala" de la zone albanaise située dans la partie sud de Mitrovica qui jusqu'à juin 1999 fut le quartier rom le plus important de la municipalité. Plus de 6-7000 familles y résidaient. Aujourd'hui le quartier est abandonné et les maisons sont détruites. Alors que nous étions en train de filmer ce qui restait de la "mahala", nous avons surpris une bande de jeunes qui arrachait ce qui pouvait encore être récupéré de ces maisons en ruines. La population albanaise et la direction municipale continuent de s'opposer au retour de la population rom, ashkaelia, ou égyptienne dans la "Mahala." Gusani Skender, le directeur de l'entrepôt de Leposavic, est très tracassé car depuis le 12 décembre dernier, le camp ne bénéficie plus d'aucune aide. Caritas et ACT, deux ONG qui géraient le camp jusqu'alors n'ont pas renouvelé leurs engagements. 200 personnes y vivent : 39 familles, 3 Egyptiennes, un Serbe et 35 Roms.

Alors que nous étions à Skopje, nous nous sommes un jour arrêtés dans un petit restaurant du coin pour casser la croûte. Le propriétaire était un Gorani du Kosovo qui avait fui sa terre natale en juin 1999. Une semaine plus tard, alors que nous nous retrouvions dans le même quartier, nous décidons d'y retourner pour prendre un café. C'était Bajram, une fête musulmane. A cette occasion, et en l'honneur des morts, les musulmans sacrifient un mouton pour la paix. Le patron se tenait là debout avec son père, en face du restaurant. Dès qu'il nous aperçut, il nous accueillit chaleureusement. Bien que le restaurant fut fermé, il nous fit entrer et nous servit. Il refusa qu'on paie parce que c'était un jour férié. Mais il tenait surtout à montrer à Sani que la guerre n'avait rien changé entre eux.

L'ombudsman (médiateur) du Kosovo, Marek Antoni Nowicki, est certainement le fonctionnaire le plus honnête que nous ayons interviewé. Il n'a essayé ni de nier les conditions de vie que les Roms doivent endurer ni d'embellir leur situation. "Quand on parle de la population rom, la situation est extrêmement mauvaise... et ici il y a des éléments supplémentaires qui la rendent encore pire... leur liberté de mouvement très réduite a de sérieuses répercussions sur tous les aspects de la vie courante - accès à l'emploi, soins médicaux, écoles, et tous les services publics en général" a-t-il déclaré. La question de l'immunité de la présence internationale au Kosovo a été largement commentée. Il est particulièrement ironique de constater, alors que la responsabilité principale de la présence internationale déployée au Kosovo devrait être consacrée à "établir un environnement sûr dans lequel réfugiés et personnes déplacées peuvent rentrer chez eux sans danger", la plupart des plaintes que l'ombudsman a reçues ont trait à l'appropriation et l'occupation prolongée par la KFOR et l'UNMIK de biens privés appartenant à des résidents du Kosovo, ainsi qu'à l'impossibilité d'obtenir une indemnisation pour l'occupation de ce bien immobilier. Comme le personnel aussi bien de la KFOR que de l'UNMIK, y compris le personnel recruté localement, est à l'abri de tout recours légaux afférents à leurs actes dans l'exercice de leurs fonctions, l'ombudsman n'a aucun recours en face de ces violations. Bien que Nowicki ait soumis le problème au Secrétariat général des Nations Unies, alléguant que les statuts, privilèges et immunités de la KFOR et de l'UNMIK ainsi que de leur personnel au Kosovo (UNMIK Régulation n° 2000/47) sont incompatibles avec les normes internationales en la matière ainsi qu'avec la Convention européenne des droits de l'homme, sa plainte, déposée en avril 2001, est restée jusqu'à ce jour sans réponse.

Selon l'Organisation internationale pour la migration (IOM) la grande majorité des Albanais (184.074 au 31 décembre 2002) du Kosovo qui ont fui en 1999 sont retournés chez eux, bénéficiant même d'une aide pour se réinstaller et se réintégrer. Mais près de quatre ans plus tard le retour des minorités ethniques laisse toujours à désirer. Au 31 Janvier 2003, selon les chiffres de l'UNHCR, seules 6.226 personnes appartenant à des minorités ethniques sont retournées au pays. Compte tenu que le nombre de minorités ayant fui après le bombardement s'élève à 230.000, cela représente à peine 3 %. La majorité (56,4 %) d'entre eux sont serbes et seulement 10,4 % (645) sont roms.

Plusieurs pays donneurs d'asile viennent d'annoncer leur intention de commencer au printemps 2003 le retour en masse de minorités ethniques sur le Kosovo. L'Allemagne envisage par exemple le retour forcé de 30,000 réfugiés. La communauté internationale est alarmée par cette nouvelle directive et ses acteurs ne semblent pas tous d'accord sur la façon d'aborder le problème. Selon l'ombudsman, il vaudrait mieux convaincre les gouvernements de suspendre cette directive parce que les conditions ne sont pas réunies pour recevoir un tel afflux de déportés et la situation sécuritaire des minorités présentement au Kosovo continue d'être une préoccupation majeure.

La position de l'UNHCR est plus mitigée. Bien qu'ils disent que les minorités devraient continuer à bénéficier de la protection internationale dans les pays donneurs d'asile, l'UNHCR pousse à ce que les retours ne puissent être envisagés que sur une base volontaire et avec une intégration assistée afin de garantir la survie économique des déportés. L'UNMIK est plus pragmatique. "Avec la communauté de la minorité et de la majorité nous pouvons créer une fenêtre d'opportunités afin de permettre le retour des réfugiés" a déclaré Peggy L. Hicks, directrice du Bureau des retours et des communautés dans une interview.

Récemment nommée, la bureaucrate de Washington a de l'expérience en la matière puisque elle a été transférée de Bosnie directement sur le Kosovo. Hicks a en effet déjà mis la main sur un budget de 32 millions € et a un plan en tête. Convaincue que les problèmes de sécurité se sont améliorés à certains endroits, elle prévoit de commencer un programme de rapatriation en priorité dans ces localités. Elle a également l'intention de travailler avec les municipalités locales et de conditionner la reconstruction des ponts et des routes au retour et à l'embauche de minorités ethniques. Elle a par ailleurs demandé une aide financière pour améliorer la réintégration des familles quand elles reviennent afin d'encourager d'autres à faire de même. La nouvelle s'est vite propagée dans la communauté humanitaire. Les ONG multiplient depuis les contacts et les efforts afin de s'assurer une part du nouveau business. Une lueur d'espoir brillerait-elle à l'horizon pour la communauté rom et les autres minorités qui pourraient enfin recevoir un peu d'assistance en compensation de toutes les souffrances infligées à leurs peuples ? Restons prudents et attendons de voir si les crédits se confirment et si les stratégies mises en place permettent à l'aide de bien parvenir à leurs destinataires.

En attendant, "Vous rendez vous compte de la façon dont les minorités doivent vivre ici ?" m'a demandé un jour Dragan, le propriétaire d'un restaurant où nous avions l'habitude de manger dans l'enclave serbe de Laplje Selo. "Nous sommes comme des animaux en cage" a-t-il ajouté avant de me faire l'offre suivante : "Je vous invite chez moi aussi longtemps que vous le souhaitez, mais je veux que vous disiez au monde à quel point nous souffrons ici."

Si vous souhaitez rencontrer Dragan, et vous rendre compte par vous-même des conditions horribles dans lesquelles vivent les minorités ethniques du Kosovo, quatre ans après le bombardement de l'OTAN, participez cet été à la délégation internationale des inspecteurs pour la paix au Kosovo. Vous visiterez des camps et des enclaves, vous rencontrerez les leaders de toutes les minorités ethniques ainsi que les porte-paroles des organisations gouvernementales et non-gouvernementales.

Pour plus d'informations sur le voyage, vous pouvez contacter l'auteur à : peaceinspectorstoKosovo@yahoo.com.

Marie-Pierre Lahaye.

Marie-Pierre Lahaye

Derniers textes publiés :

De l’utilité de faire la guerre au Kosovo
Georges Berghezan

Constitution de l'Alliance pour la neutralité du Montenegro

Des milliers de manifestants contre l'Otan à Belgrade
Sputnik

Le Monténégro choisit l’OTAN contre l’avis de sa population
Georges Berghezan

Monténégro: Prière de ne pas gêner la propagande de l'Otan !
Sputnik

Yougoslavie : Quand on prend l’avenir pour le passé - Raisons pour lire : Quand "Le Monde… Décryptage des conflits yougoslaves", de Fabrice Garniron
Diana Johnstone
Le Grand Soir

Le Monténégro, prochaine victime de l’expansionnisme de l’OTAN ?
Gojko Raicevic

Bail prolongé pour l'OTAN au Kosovo
Georges Berghezan

Kosovo : Dialogue et lacrymos
Georges Berghezan

Il y a 20 ans, la Yougoslavie explosait (2e partie)
Georges Berghezan

De la guerre contre les terroristes à la guerre à leurs côtés

Il y a 20 ans, la Yougoslavie explosait
Georges Berghezan