Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Le sabotage du Nord Stream ne restera pas impuni

M K Bhadrakumar
14 mars 2023
source : INDIAN PUNCHLINE
https://lesakerfrancophone.fr/le-sabotage-de-nor" target="_blank">https://lesakerfrancophone.fr/le-sabotage-de-nord-stream-ne-restera-pas-impuni">https://lesakerfrancophone.fr/le-sabotage-de-nor

Lundi prochain, un anniversaire inquiétant se profile à l’horizon. Cela fera 20 ans que les États-Unis ont envahi l’Irak. La Grande-Bretagne était l’un des piliers de la « coalition des volontaires » dirigée par les États-Unis. Le chroniqueur du Guardian, John Harris, a écrit dimanche qu’il s’agissait du « plus grand désastre politique et humanitaire dans lequel le Royaume-Uni ait été impliqué depuis la Seconde Guerre mondiale… lorsque le prétendu centre politique a soudainement basculé dans l’insouciance et la catastrophe« .

La guerre d’Irak a été à l’origine d’une violence sans fin et d’un nombre considérable de morts. Ironiquement, c’est Seymour Hersh qui avait révélé l’horrible chronique des tortures pratiquées par les troupes américaines à Abu Ghraib, qui ont choqué le monde entier.

Harris expose un argument disant que la guerre d’Irak a eu des « effets profonds » sur le Royaume-Uni, ce qui est discutable. Il cite, entre autres, « le sentiment que la politique et le pouvoir s’étaient éloignés du public et avaient laissé un vide énorme et très inquiétant« . Il a peut-être raison, mais pour de mauvaises raisons. Au fil du temps, la guerre d’Irak a rendu les partis politiques britanniques ridicules.

La Grande-Bretagne est aujourd’hui dirigée par un UniParty – le parti du gouvernement, qui semble être composé des mêmes personnes que le parti de l’opposition. La Grande-Bretagne en est arrivée au même point que les États-Unis depuis un certain temps : une cabale d’élites politiques détournant le pays, appliquant son propre programme, quel que soit le parti politique officiellement au pouvoir, et le peuple dans son ensemble ayant perdu le contrôle de son gouvernement. C’est pourquoi des crimes comme Abu Ghraib et Nord Stream restent impunis.

Le 3 mars, le chancelier allemand Olaf Scholz a eu un tête-à-tête top secret avec Biden dans le bureau ovale, dans ce qui semble avoir été une tentative, entre autres, de parvenir à un consensus sur la manière de traiter le rapport explosif de Hersh sur le sabotage de Nord Stream.

Regardez la séquence des événements : Quatre jours après la rencontre entre Scholz et Biden, le New York Times publie une fuite médiatique sensationnelle concernant Nord Stream, attribuant le sabotage à un « groupe pro-ukrainien » composé de cinq hommes et d’une femme qui ont utilisé un yacht loué en Pologne.

Le bateau a ensuite été retrouvé par des enquêteurs allemands – également une fuite médiatique à Berlin – et s’est avéré être l’Andromeda, un voilier Bavaria C50. Le groupe aurait embarqué pour sa mission depuis Rostock le 6 septembre 2022. Le matériel nécessaire à l’opération secrète aurait été transporté au port dans un camion.

Le quotidien allemand Die Zeit a soutenu le récit du Times en temps réel. Mais le récit lui-même est truffé d’incohérences. Les questions ne manquent pas : Comment le yacht affrété de 15 mètres aurait-il pu transporter les quelque 1 500 à 2 000 kilogrammes d’explosifs nécessaires au sabotage ? Comment Andromeda, qui n’a pas de grue, a-t-il pu hisser des quantités aussi massives d’explosifs dans l’eau en toute sécurité ?

Une analyse russe souligne que « le site de l’explosion, dans la mer Baltique, se trouve à environ 80 mètres de profondeur, ce qui nécessite un équipement de plongée spécial, notamment des réservoirs d’air contenant un mélange hélium-oxygène et de l’oxygène pur. Au total, il faut 30 litres d’un mélange gazeux spécial pour une seule plongée, ce qui signifie qu’il devait y avoir des dizaines de bouteilles à bord. En outre, les plongeurs auraient dû disposer d’un caisson de décompression, ce que le yacht n’est pas en mesure d’avoir. En outre, il aurait fallu plusieurs plongées et quelques jours pour poser les explosifs sur les pipelines. Il est difficile d’imaginer que ces activités auraient pu passer totalement inaperçues« .

La rédaction du Times n’a manifestement pas vérifié les faits. Mais le 10 mars, le président de la commission de surveillance du renseignement du Bundestag, Konstantin von Notz, du parti des Verts, a déclaré à Die Zeit que ce qui s’était passé était probablement un « acte de terrorisme soutenu par un État » et avait probablement été mené par un « acteur étatique ou quasi-étatique ».

Scholz marche sur des œufs. Il est à la tête d’une coalition d’atlantistes. Mais l’Allemagne n’est pas encore un pays à parti unique. En outre, contrairement aux États-Unis ou au Royaume-Uni, dans le système politique allemand, le procureur qui enquête sur le sabotage de Nord Stream est une entité autonome qui ne peut pas recevoir d’ordres de la part des politiciens au pouvoir.

La réaction du ministre allemand de la défense, Boris Pistorius, au rapport du Times le montre : les Allemands ne savent pas encore s’il s’agit d’un commando ukrainien qui a agi au su du gouvernement ukrainien, d’un groupe pro-ukrainien qui a agi à son insu, ou s’il peut s’agir d’une opération sous fausse bannière. Berlin n’exclut apparemment pas une implication officielle de l’Ukraine.

Dans ce genre de situation, la désignation d’un bouc émissaire serait une stratégie de sortie bien pratique pour Washington. Un rapport publié dimanche par Politico a distancé l’administration Biden du régime ukrainien de Zelensky, et le sabotage du Nord Stream y est mentionné comme l’une des trois raisons des « divergences croissantes en coulisses » entre Washington et Kiev.

Pour l’instant, cependant, il semble y avoir un accord tacite entre Biden et Scholz pour qu’ils ne se déchirent pas sur cette question. Quant à Zelensky, il n’aura probablement pas d’autre choix que de jouer le rôle de bouc émissaire lorsque ce sera nécessaire.

En mentionnant Nord Stream comme un sujet de discorde entre Washington et Kiev, l’article de Politico semble indiquer à Zelensky qu’il s’agit d’un jeu à grands enjeux affectant l’unité transatlantique et qu’un bouc émissaire pourrait s’avérer nécessaire.

Pendant ce temps, au lieu de pointer du doigt Washington, le secrétaire du Conseil de sécurité russe, Nikolay Patrushev, ne s’est pas trop engagé dimanche en déclarant : « J’insiste sur le fait que toute accusation qui n’est pas étayée par les résultats d’une enquête impartiale n’est pas digne de confianceC’est pourquoi Moscou insiste pour qu’une enquête objective soit menée avec la participation de la Russie et d’autres pays intéressés. Sans cela, les versions subjectives unilatérales de l’attaque terroriste n’expliquent rien« .

Patrushev a virtuellement défié le tandem Biden-Scholz. Certes, une enquête impartiale aura des conséquences politiques. D’une part, l’opinion publique allemande est relativement inconstante sur la question des livraisons d’armes. D’autre part, Scholz ne peut se permettre d’être perçu comme étant de connivence avec Biden.

Bien entendu, s’il est établi qu’un commando ukrainien ou une unité américaine est responsable du sabotage, les conséquences politiques seront énormes. L’opinion publique allemande pourrait exiger l’arrêt des livraisons d’armes à l’Ukraine. D’autre part, si les États-Unis sont responsables, la renaissance actuelle des liens germano-américains s’évanouira tout simplement.

Scholz doit encore comprendre que le transatlantisme n’est pas la caractéristique principale du parti Démocrate. Son destin pourrait être le même que celui de Tony Blair. Harris a écrit que les effets des tromperies de Blair se sont répercutés jusqu’au Brexit.

Pour le citer, « l’Irak a hideusement sali le bilan national de Blair et de [Gordon] Brown et a marqué la fin de la vision néo-travailliste de la Grande-Bretagne comme un pays jeune et confiant. Il a réduit les fantasmes de l' »interventionnisme libéral » à de la cendre, et a approfondi la désaffection et le malaise qui allaient conduire à notre sortie de l’Europe« .

Dans un rapport publié jeudi dernier, le journal Handelsblatt soulignait que l’enquête sur le Nord Stream pourrait faire le jeu de l’extrême gauche et de l’extrême droite dans la politique allemande. Scholz peut-il survivre à la tromperie sur le sabotage du Nord Stream ? Si l’Ukraine est impliquée, il n’y aura pas de retour en arrière possible pour l’Allemagne.

M K Bhadrakumar
Autres textes de M K Bhadrakumar sur le site du CSO