Comité de Surveillance OTAN

Opinions

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

De la démocratie...

Roland Marounek
1 mai 2003

Un des autres "dégâts collatéraux" de l’invasion de l’Irak aura sans doute été le fait que beaucoup de citoyens des pays occidentaux ont perdu un peu des illusions qu’ils entretenaient sur "la démocratie". Ils doivent même avoir ce mot en travers de la gorge, lorsqu’après des manifestations rassemblant des millions de personnes, et alors qu’on savait que l’immense majorité des citoyens de l’Europe (et du monde) rejetaient radicalement la guerre, les gouvernement européens ont dans les faits participé à l’agression, soit directement, soit indirectement en fournissant une aide logistique et en autorisant le passage des forces d’agressions par leur territoire.

Le discours actuel sur le but de la guerre qui aurait été justement d’apporter la démocratie, en est d’autant plus sinistrement grotesque.*

Le cas de la Belgique est particulièrement instructif : le gouvernement belge s’est réfugié derrière le fait qu’il y avait des accords secrets de l’OTAN qui obligeait la Belgique à accorder le transit de troupes et de matériel US, et à se rendre ainsi complice de l’agression. Même si cet accord secret a été dévoilé par la suite** et qu’on a pu constater que s’y référer était en l’occurrence un piteux mensonge, l’essentiel n’est même pas là. L’essentiel, est l’existence même de tels accords secrets de l'OTAN, que ni le citoyen ni même ses représentants élus ne peuvent connaître, mais qui engageraient la Belgique au point de la contraindre à violer la charte des Nations Unies. Il y en a encore combien dans le genre dans le chapeau de l’OTAN ?

Dans l'Encyclopaedia of Social Sciences, Harold Laswell, l'un des fondateurs de la science politique moderne, mettait ses lecteurs en garde: la minorité des intelligents doit reconnaître "l'ignorance et la stupidité des masses" et ne pas succomber aux "dogmatismes démocratiques selon lesquels les hommes sont les meilleurs juges de leurs propres intérêts". Ce ne sont pas eux les meilleurs juges, c'est nous. Les masses doivent être contrôlées, pour leur bien, et dans les sociétés démocratiques, où l'emploi de la force n'est pas concevable, des gestionnaires sociaux doivent se tourner vers "une technique de contrôle entièrement nouvelle, en grande partie par la propagande".
Cité par Noam Chomsky, Le profit avant l'homme, Fayard, 2003, page 101.

* Entre autre citations : "Cette guerre est le commencement d'une campagne destinée à imposer le système démocratique multipartite dans le monde entier" a déclaré l’ambassadeur des États_Unis à la République Dominicaine, en référence directe à Cuba
** cf par exemple : http://belgium.indymedia.org/front.php3?article_id=55143&group=webcast

Roland Marounek
Autres textes de Roland Marounek sur le site du CSO

Derniers textes publiés :

8. Au coeur de la Syrie, Générosité
Marie-Ange Patrizio

7. Damas à bâtons rompus
Marie-Ange Patrizio

6. Damas des étoiles
Marie-Ange Patrizio

5. Les gardiens
Histoires du siège de Qâra, et de quelques unes de ses conséquences

Marie-Ange Patrizio

4. « Les gens qui ont un livre »
Marie-Ange Patrizio

3. La volière de Mar Yakub
Marie-Ange Patrizio

2. Matin de lumière

1. Matins de Roses
Marie-Ange Patrizio

Yougoslavie : Quand on prend l’avenir pour le passé - Raisons pour lire : Quand "Le Monde… Décryptage des conflits yougoslaves", de Fabrice Garniron
Diana Johnstone
Le Grand Soir

Un autre regard sur la Syrie
Bahar Kimyongür

Une intervention humanitaire en Syrie, il y a 150 ans
Pascal Herren, doctorant en droit à l
Le Temps

Fabrice à Waterloo : L’Occident humanitaire et la Syrie
Diana Johnstone