Comité de Surveillance OTAN

Opinions

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Brèves : Kosovo, Irak

30 décembre 2011

Kosovo : violent démantèlement d'une barricade serbe

Ce lundi matin (28/11), une nouvelle fois, la KFOR, force sous commandement OTAN, a eu recours à la violence pour démanteler une barricade dans le nord du Kosovo, blessant plusieurs dizaines de Serbes qui la défendaient. Pour rappel, ces barricades ont été érigées pour protester - et pour rendre ineffectif - le déploiement de douaniers albanais dans le Nord du Kosovo - majoritairement peuplé de Serbes - et le reste de la Serbie. Le plus étonnant n'est pas cette nouvelle action musclée de la KFOR - son chef, le général allemand Erhard Drews, avait prévenu vendredi qu'il y aurait une "escalade de la violence" -, mais la manière dont elle est rapportée dans les médias.

Pour se limiter à la presse francophone, qui se base sur des dépêches AFP, seuls les blessés côté KFOR ont droit de cité. Selon un porte-parole de la force de l'OTAN, deux soldats auraient été blessés avec des "armes à feu légères" (certaines dépêches parlent même de 8 blessés). Seule Euronews est un peu moins partiale et fait état de blessés parmi les civils serbes.

Il faut se rapporter aux médias locaux pour avoir une vue un peu plus réaliste de la situation, à condition de connaître le serbe ou l'anglais. Là, on parle de 30 à 50 Serbes blessés, dont certains grièvement. On y apprend qu'un porte-parole de la KFOR a démenti l'affirmation de son collègue et affirmait qu'il n'y aurait aucun blessé dans ses rangs ; que les Serbes nient avec virulence tout usage d'arme à feu ; et aussi que les ondes GSM sont brouillées dans la région. Pour tenter d'empêcher la mobilisation de la population ou pour étouffer une autre version des événements ? (G.B.)

Irak : Qui disait que l’OTAN n’a pas participé à la guerre en Irak ?!

Le secrétaire général de l’OTAN annonce la fin de la mission OTAN de formation (NTM-I).

« Le Conseil de l’Atlantique Nord a décidé d’entamer le retrait permanent du personnel de la mission OTAN de formation en Irak (NTM-I) à partir du 31 décembre 2011, date à laquelle l’actuel mandat de la mission viendra à expiration. Il n’a pas été possible de trouver un accord sur la prolongation de ce programme, qui a porté ses fruits, en dépit d’âpres négociations qui ont duré plusieurs semaines. L’OTAN est fermement résolue à maintenir son partenariat et ses relations politiques avec l’Irak, dans le contexte de l’actuel Cadre de coopération structurée. La mission OTAN de formation en Irak, qui a débuté en 2004 à la demande des autorités iraquiennes, a été un succès. Nos formateurs peuvent être très fiers de ce qu’ils ont accompli au cours de ces sept années : ils ont contribué à renforcer la capacité de sécurité de l’Irak, et ont aidé ce pays à développer une force de sécurité multiethnique, et plus stable à long terme. Depuis 2004, la NTM I a formé plus de 5 000 militaires et plus de 10 000 policiers en Irak ; elle a permis à plus de 2 000 autres personnes de participer à des stages organisés dans les pays alliés, et a fourni pour plus de 115 millions d’euros de matériel militaire ainsi que des fonds d’un montant total de 17,7 millions d’euros, versés au titre de fonds d’affectation spéciale par les 28 pays membres de l’OTAN et destinés à l’entraînement et à la formation dans des installations de l’Alliance ».(11.12.2011 – sur le site www.nato.int).

Ce communiqué est très révélateur : en premier lieu, il témoigne de l’échec magistral de la Coalition US-GB qui a fait la guerre contre l’Irak et celui de l’Otan qui a servi d’encadrement d’une soi-disant « armée nationale iraquienne ». Malgré un engagement militaire et financier colossal pendant des années, ils ne sont pas parvenus à imposer l’ordre impérial en Irak. En deuxième lieu, il ressort de ce communiqué que la participation de l’OTAN à la guerre était très importante, tant en fourniture de militaires, que de matériel et de moyens financiers. Enfin, le communiqué n’explique pas comment l’OTAN va, à la fois, mettre fin à sa mission… et renforcer son partenariat avec le gouvernement irakien. (C.P.)

Derniers textes publiés :

8. Au coeur de la Syrie, Générosité
Marie-Ange Patrizio

7. Damas à bâtons rompus
Marie-Ange Patrizio

6. Damas des étoiles
Marie-Ange Patrizio

5. Les gardiens
Histoires du siège de Qâra, et de quelques unes de ses conséquences

Marie-Ange Patrizio

4. « Les gens qui ont un livre »
Marie-Ange Patrizio

3. La volière de Mar Yakub
Marie-Ange Patrizio

2. Matin de lumière

1. Matins de Roses
Marie-Ange Patrizio

Yougoslavie : Quand on prend l’avenir pour le passé - Raisons pour lire : Quand "Le Monde… Décryptage des conflits yougoslaves", de Fabrice Garniron
Diana Johnstone
Le Grand Soir

Un autre regard sur la Syrie
Bahar Kimyongür

Une intervention humanitaire en Syrie, il y a 150 ans
Pascal Herren, doctorant en droit à l
Le Temps

Fabrice à Waterloo : L’Occident humanitaire et la Syrie
Diana Johnstone