Comité de Surveillance OTAN

Opinions

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Tokyo, 120 000 manifestants pacifistes contre les lois de défense

1 septembre 2015
source : Le Soir et Libération

Tokyo, 120 000 manifestants pacifistes contre les lois de défense -

« Oui à la paix, non à la guerre ». Des dizaines de milliers de militants se sont rassemblées devant le Parlement dimanche à Tokyo, brandissant des pancartes pacifistes, pour protester contre de nouvelles lois visant à élargir les prérogatives de l'armée japonaise.

Les Japonais se battent pour le pacifisme

Par Arnaud Vaulerin , journal Libération, 1.9.2015

Cette manifestation, qui a attiré 120 000 personnes selon les organisateurs, 30 000 selon la police, témoigne d'une mobilisation grandissante alors que le Premier ministre conservateur Shinzo Abe et son Parti libéral démocrate (PLD) espèrent faire adopter ces lois au cours de la session parlementaire qui se termine fin septembre. Elles sont actuellement en discussion au Sénat après avoir été approuvés en juillet par la Chambre basse.

Malgré un temps pluvieux, les manifestants s'étaient déplacés nombreux. Dans la foule, une immense banderole ornée de ballons de couleur blanche et noire, réclamait la démission de Shinzo Abe.

Aux côtés des membres de l'opposition, dont le dirigeant du Parti démocrate du Japon (PDJ) Katsuya Okada, avaient pris place des étudiants - certains ont même entamé jeudi une grève de la faim -, de jeunes parents, des seniors mais aussi des artistes tels que le compositeur Ryuichi Sakamoto.

« Je ne peux pas rester les bras croisés quand je pense qu'avec les dérives du gouvernement Abe, le Japon pourrait repartir en guerre », a confié une des participantes.

A travers cette réforme, le gouvernement souhaite étendre à un théâtre de conflit extérieur la notion de défense des intérêts du pays, au lieu de la cantonner au seul territoire national.

L'armée japonaise aurait ainsi la possibilité d'épauler à l'extérieur un allié en difficulté, en premier lieu les Etats-Unis, les Etats-Unis, dans le cadre d'un schéma dit de «défense collective», même si le Japon n'est pas directement menacé.

Mais cette extension des prérogatives des Forces d'autodéfense nippones fait craindre aux Japonais de voir leur pays pris au piège dans un conflit lointain. Au fil des décennies, ils sont devenus très attachés au pacifisme inscrit dans l'article 9 de la Constitution.

Pour Shinzo Abe et ses partisans, ces lois - salués par les Etats-Unis - sont nécessaires face à une Chine qui monte en puissance et une Corée du Nord imprévisible. Les Etats-Unis ont pour leur part salué l'initiative.

Tokyo prêt au combat à l'étranger

Le Soir avec AFP, 19.9.2015

Le Parlement japonais a approuvé dans les premières heures de samedi, des lois de défense qui permettraient l'envoi pour la première fois depuis la Seconde guerre mondiale, de soldats dans un conflit à l'étranger. Les sénateurs ont voté en séance plénière ces textes donnant une nouvelle interprétation de la Constitution pacifiste du pays, par 148 voix pour et 90 contre.

Derniers textes publiés :

De 1945 à aujourd’hui 20-30 millions de tués par les USA
Manlio Dinucci
il manifesto

Les destructeurs de la Libye maintenant “pour la Libye”
Manlio Dinucci
il manifesto

La fake news du Muos “maxi radar”
Manlio Dinucci
il manifesto

L’invité de pierre à la table Italie-Russie
Manlio Dinucci
il manifesto

Trident Otan de Naples à l’Atlantique Nord
Manlio Dinucci
il manifesto

En plus des bombes, des missiles nucléaires USA en Italie ?
Manlio Dinucci
il manifesto

L’armée d’insectes du Pentagone
Manlio Dinucci
il manifesto

Le pouvoir politique des armes
Manlio Dinucci
il manifesto

La stratégie de diabolisation de la Russie
Manlio Dinucci
il manifesto

Lettonie, le nouveau rideau de fer
Manlio Dinucci
il manifesto

En Toscane la plus grande poudrière USA
Manlio Dinucci
il manifesto

Une Italie souverainiste sans souveraineté
Manlio Dinucci
il manifesto