Comité de Surveillance OTAN

Opinions

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

La base de Zuttendael : discrète occupation militaire américaine ?

Stéphanie Demblon
11 janvier 2017
source : Drapeau Rouge

Une partie de notre territoire aurait-elle été occupée dernièrement par les Etats-Unis et on ne nous aurait rien dit ? C’est une question, certes surprenante, mais que nous sommes en droit de nous poser alors que l’armée américaine a désormais pris possession depuis quelques mois du site de Zuttendael situé dans le Limbourg.

Retour en arrière

L’histoire de la base de Zuttendael commence pendant la Guerre froide. Alors que les deux mondes s’affrontent durement, les USA déploient une toile d’araignée constituée d'entrepôts militaires situés un peu partout en Europe. Comme le petit Poucet et ses cailloux les Etats-Unis sèment des bases militaires  urbi et orbi hors de chez eux. La Belgique est partie intégrante de ce réseau avec, entre autre, ce petit bout de campagne limbourgeoise qui servira en premier lieu d’aérodrome de réserve de l’OTAN puis ensuite de lieu de stockage de matériel militaire US. La chute du Mur et la fin de la Guerre froide provoqueront l’abandon par les américains de cette base, ils la quittent en 1999. L’histoire aurait pu, aurait dû s’arrêter là… hélas ce n’est pas le cas.  En septembre 2015, le ministre de la Défense, Steven Vandeput, annonce que la Belgique à pris la décision de (re)mettre la base de Zuttendael à la disposition des militaires américains, non sans insister sur les emplois qui ne manqueront pas de découler de cette décision. Jobs, jobs, jobs...à n’importe quel prix. Après le départ des militaires américains en 1999 l’armée belge avait réinvestit l’endroit afin d’y entreposer des archives, des chars en fin de vie et une usine de démantèlement de munitions.

Tensions internationales

Depuis la crise de Crimée et l’annexion de cette péninsule par la Russie en 2014, l’OTAN a décidé de la mise en place d’une politique de réassurance envers ses amis de l’Europe de l’est. Celle-ci passe par le déploiement de 250 blindés dispersés en six points de l’Europe. L’accord USA - Belgique concernant l'occupation de la base de Zuttendael prévoit  "une capacité de stockage pour du matériel et des véhicules lourds à usage exclusif par les Forces armées américaines" telle que communiquée par la Défense. Et ce n’est pas un détails mais les militaires US auront également la possibilité de construire d’autres bâtiments si cela leur est nécessaire. Ben tiens.

La Belgique et sa longue, trop longue tradition d’accueil…

Il faut bien constater que dans ce pays nous sommes accueillants, très accueillants même. Particulièrement avec l’armée américaine, et franchement peu regardants quant à ce qu’elle entrepose sur notre sol. Depuis plus de cinquante ans (50 ans !) maintenant des armes nucléaires américaines séjournent sur notre sol. Elle y sont “stockées”, en “transit”. En transit vers nulle part, “qu’il est long, qu’il est loin,...” aurait chanté Jo Dassin. Une loi belge qui date de 1962 autorise le passage et le séjour en Belgique des troupes des pays liés à la Belgique par le Traité de l’Atlantique Nord, ce qui s’applique bien sûr, et surtout, aux Etats-Unis. Un accord secret Belgique - USA concernant les armes nucléaires autorise nos alliés étatsuniens à entreposer ces armes de destruction massive dans la base militaire de Kleine Brogel qui, elle aussi, se situe dans le Limbourg. Cette base militaire appartient bien à la Défense belge, qui en a fait la maison-mère de ses avions de chasse F-16. Néanmoins, un morceau de cette base, une base dans la base en quelque sorte, est, elle, gardée par des militaires américains. Il s’agit de la partie dans laquelle se trouvent les entrepôts qui abritent les armes nucléaires US. L’armée belge est jugée digne par ses alliés américains d’accueillir (quel privilège) des armes tellement dangereuses qu’elles sont interdites par le droit international, mais pas assez digne pour les surveiller elle-même. Cela fait donc plus d’un demi siècle que la Belgique abandonne une parcelle de son territoire et de sa souveraineté et ce en violation du droit afin de satisfaire aux exigences de son grand-frère étatsunien. Bis repetita avec Zuttendael, la seule différence (de taille) c’est que Zuttendael n’accueillera pas d’armes nucléaires. Officiellement. Entre nous, les armes nucléaires de Kleine Brogel ne sont pas là officiellement non plus.

Souvenons-nous qu’en 2003, en pleine guerre illégale des Etats-Unis contre l’Irak, la Belgique avait autorisé le transit du matériel militaire US par notre pays, faisant de facto de celui-ci des complices de cette illégalité. Que se passera t-il demain si la situation se répète en Europe et que les blindés qui dorment à Zuttendael sont utilisés pour une guerre contraire au droit international ? Serons-nous une fois de plus complices consentants ? Quand est-ce que notre gouvernement cessera d’être le paillasson des Américains ? S’engager pour la paix c’est d’abord refuser toute participation, tout acquiescement à une participation à des  guerres illégales ou à ses préparatifs. Ayons le courage de résister à ces politiques d'abandon de notre souveraineté !

Stéphanie Demblon
Autres textes de Stéphanie Demblon sur le site du CSO

Derniers textes publiés :

De 1945 à aujourd’hui 20-30 millions de tués par les USA
Manlio Dinucci
il manifesto

Les destructeurs de la Libye maintenant “pour la Libye”
Manlio Dinucci
il manifesto

La fake news du Muos “maxi radar”
Manlio Dinucci
il manifesto

L’invité de pierre à la table Italie-Russie
Manlio Dinucci
il manifesto

Trident Otan de Naples à l’Atlantique Nord
Manlio Dinucci
il manifesto

En plus des bombes, des missiles nucléaires USA en Italie ?
Manlio Dinucci
il manifesto

L’armée d’insectes du Pentagone
Manlio Dinucci
il manifesto

Le pouvoir politique des armes
Manlio Dinucci
il manifesto

La stratégie de diabolisation de la Russie
Manlio Dinucci
il manifesto

Lettonie, le nouveau rideau de fer
Manlio Dinucci
il manifesto

En Toscane la plus grande poudrière USA
Manlio Dinucci
il manifesto

Une Italie souverainiste sans souveraineté
Manlio Dinucci
il manifesto