Comité de Surveillance OTAN

Opinions

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Bomspotting du 25 octobre : et après ?

Claudine Pôlet
1 novembre 2003

Lorsque les organisateurs de Bomspotting ont annoncé le changement de destination de l’action (menée jusqu’alors à la base de Kleine Brogel) vers le SHAPE de Mons-Casteau, notre Comité a exprimé à la fois son soutien et ses réserves.

Soutien, car c’était une bonne chose de désigner le commandement militaire central de l’OTAN, c’est à dire le SACEUR situé au SHAPE, comme responsable et applicateur de toutes les décisions qui concernent le déploiement des bombes nucléaires B-61 en Belgique et en Europe.

Réserves, car ce changement d’orientation de l’association Bomspotting s'était effectué sans concertation préalable avec les autres associations du mouvement de la paix, qui militent elles aussi depuis des années pour mettre en évidence et dénoncer auprès de la population belge le rôle de ce commandement de l’OTAN installé à Casteau. Il n’y a pas plus eu de concertation avec des organisations pacifistes des autres pays d’Europe dans lesquels ces bombes atomiques sont également stationnées (Allemagne, Italie, Pays-Bas, Turquie).

Réserves également, car l’action prévue par Forum voor Vrede actie à Mons ne proposait que la pénétration sur la base du SHAPE et aucune manifestation pour mettre les pacifistes en contact avec la population, ni aucune campagne pour lier la question de la présence des bombes nucléaires de l’OTAN en Belgique et la participation croissante de l’OTAN - et forcément de la Belgique - à des guerres sur tout le globe terrestre où les armes, nucléaires ou non, finiront par être employées. Aucun lien n’était fait non plus avec la guerre de la "Coalition" contre l’Irak et l’occupation de ce pays, contre lesquelles il y avait eu une immense mobilisation des mouvements pacifistes et de la population dans le monde et aussi dans notre pays.

L’action Bomspotting du 25 octobre a perdu beaucoup de sa force antérieure à cause de tous ces problèmes. Les manifestants étaient moins nombreux et l’impact de cette action est resté très confus et il ne fallait pas compter sur les médias pour donner des éclaircissements. Pourtant, il est toujours nécessaire d’atteindre cet objectif : dénoncer le caractère illégal et contraire au Traité de Non Prolifération (cet aspect n’était même pas pris en compte par Bomspotting) du déploiement de ces bombes nucléaires, mettre le gouvernement belge devant sa responsabilité et lui faire reconnaître leur présence, forcer à ouvrir un débat public sur la question.

C’est pourquoi nous pensons nécessaire de développer ce débat au sein du mouvement de la paix lui-même, au plan national et international, pour préparer le prochain "Get in SHAPE" .

Claudine Pôlet
Autres textes de Claudine Pôlet sur le site du CSO

Derniers textes publiés :

8. Au coeur de la Syrie, Générosité
Marie-Ange Patrizio

7. Damas à bâtons rompus
Marie-Ange Patrizio

6. Damas des étoiles
Marie-Ange Patrizio

5. Les gardiens
Histoires du siège de Qâra, et de quelques unes de ses conséquences

Marie-Ange Patrizio

4. « Les gens qui ont un livre »
Marie-Ange Patrizio

3. La volière de Mar Yakub
Marie-Ange Patrizio

2. Matin de lumière

1. Matins de Roses
Marie-Ange Patrizio

Yougoslavie : Quand on prend l’avenir pour le passé - Raisons pour lire : Quand "Le Monde… Décryptage des conflits yougoslaves", de Fabrice Garniron
Diana Johnstone
Le Grand Soir

Un autre regard sur la Syrie
Bahar Kimyongür

Une intervention humanitaire en Syrie, il y a 150 ans
Pascal Herren, doctorant en droit à l
Le Temps

Fabrice à Waterloo : L’Occident humanitaire et la Syrie
Diana Johnstone