Comité de Surveillance OTAN

Libye

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer

En Libye, la fin de 42 ans de...

Stephen Gowans
11 novembre 2011
http://gowans.wordpress.com/2011/11/11/in-libya-the-end-of-42-years-of/

... dévellopement économique auto-dirigé visant à donner aux Libyens des intérêts dans leur système économique.
 
Je ne dis pas la Libye de Kadhafi était un modèle de société, mais elle a offert à ses propres citoyens des avantages qui sont manifestement absents chez les satellites états-uniens du Tiers-Monde.
 
Margaret Coker, dans son article dans le Wall Street Journal d'aujourd'hui (11/11) présente un exemple de la politique de Kadhafi en faveur des Libyens, et pas tellement en faveur des investisseurs étrangers. Parmi les «nombreuses politiques étatiques pesantes [de Kadhafi]» figuraient les "limites de change en devises étrangères, et une loi qui contraint les entreprises privées à faire des libyens salariés de l'entreprise des actionnaires de celle-ci." Ces mesures politiques «dérangeait [crimped?] le travail des entreprise sous le régime de Kadhafi», écrit Coker, par quoi elle veut dire que ces mesures réduisait les profits des banques, des sociétés et des investisseurs occidentaux. Quel sale type.
 
Dans le même numéro du Wall Street Journal, nous apprenons que Washington est tranquillement en train de fournir des bombes anti-bunker et autres armes au groupe des monarchies pétrolières anti-démocratiques qui forment le Conseil de Coopération du Golfe (CCG). L'objectif est d'ériger ces régimes despotiques en «contrepoids à l'Iran» ("Les USA ont l'intention de vendre des armes dans le Golfe pour contrer l'Iran.")
 
Le CCG, rappellera-t-on, a dépêché des chars et des troupes pour écraser un soulèvement populaire dans l'un de ses États membres, le Bahreïn, dans le même temps qu'il aidait des rebelles à renverser le gouvernement de Kadhafi en Libye. Membre du CCG, le Qatar, une monarchie absolue, a été particulièrement utile pour les rebelles libyens, envoyant des centaines de troupes au sol pour aider la cause de la ... 

• (A) la construction de la démocratie en Libye?
• (B) la fin de la politique de Kadhafi qui dérangeait le travail des entreprises ?

A vous de décider.
 
Enfin, le Wall Street Journal d'hier ("les États-Unis vont construire des bases militaires en Australie") indique un plan pour établir «une nouvelle présence militaire permanente US en Australie ... une étape visant à contrer l'influence de la Chine et à réaffirmer les intérêts US dans la région.» « La Mer de Chine méridionale, que la Chine considère comme son territoire souverain ... est importante économiquement.» note la journaliste du Wall Street Journal Laura Meckler
 
Effectivement...
 
Heureusement, que les forces combinées de l'armée US, de la Marine US, des forces aériennes US, du corps des marines US, et de la CIA existent pour s'assurer que La Mer de Chine Méridionale, et toutes les autres régions économiquement importantes de la planète, sont à la disposition de Wall Street pour sa prospérité - et libre de tous ceux qui pourraient vouloir exercer leur souveraineté pour imposer des politiques qui dérangent le travail des entreprises.

Stephen Gowans

Derniers textes publiés :

La crise des migrants et les guerres
Comité Surveillance Otan

A quoi aura donc servi notre investissement dans l’armement ?
Roland Marounek

Libye, le plan de la conquête
Manlio Dinucci

Un protégé de l’OTAN à la tête de l’Etat islamique
Georges Berghezan

Libye : Les incendiaires crient au feu
Manlio Dinucci
il manifesto

Libye, le paradis créé par l’Otan
IRIN

Al-Qaeda’s Air Force
Stephen Gowans
What's Left

Du Meilleur des Mondes Démocratiques à la Guerre Mondiale
Roland Marounek

Appel
Pas de nouvelle guerre au Moyen Orient

Des guerres de l’opium aux guerres du pétrole
Domenico Losurdo

L'oppression de Kadhafi
Stephen Gowans
What's Left

La conclusion barbare d’une guerre colonialiste barbare.
Domenico Losurdo