Comité de Surveillance OTAN

Opinions

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Un «win-win» pour les États-Unis et la Turquie dans le Hindu Kush

M K Bhadrakumar
11 avril 2021
source : INDIAN PUNCHLINE
https://www.indianpunchline.com/a-win-win-for-us-turkey-in-hindu-kush/

Le zèle avec lequel Washington est en train de solliciter les services de la Turquie pour tracer la voie menant à l’intégration des talibans en Afghanistan soulève des questions troublantes. À la demande de Washington, la Turquie accueillera des pourparlers de haut niveau sur le processus de paix en Afghanistan (probablement le 16 avril) pour réunir le gouvernement afghan et les talibans. La Turquie a nommé un envoyé spécial pour assumer le rôle de médiation.

La Turquie entre à la manœuvre pour mener le processus de paix afghan vers une conclusion qui répond aux objectifs US. Cela aura un effet salutaire sur la relation tendue turco-US. Les États-Unis apprécient le fait que la Turquie soit un pays membre influent de l'Organisation de la Coopération Islamique (OCI), bénéficie de liens historiques avec l'Afghanistan et a une image positive parmi les Afghans. Mais en creusant plus profondément, l'alliance américano-turque dans le conflit syrien crée de l'inquiétude.

Le Pentagone et la CIA sont réticents à quitter l'Afghanistan d'ici le 1er mai. La Turquie supervisera une présence à durée indéterminée des États-Unis et de l'OTAN. Les États-Unis espèrent conserver une forte présence du renseignement soutenue par des forces d'opérations spéciales. Un rapport publié vendredi sur CNN a révélé que «la CIA, qui a eu un mot à dire dans le processus décisionnel US en Afghanistan, a ‘posé quelques positions claires’ au cours des récentes délibérations, plaidant en faveur du maintien de l'implication US

L'ampleur des activités de la CIA en Afghanistan n'est pas du domaine public - surtout que son mandat régional s'étend au-delà des frontières de l'Afghanistan. Le rapport de CNN cité ci-dessus a levé le voile sur «l'une des bases les plus lourdement gardées» de la CIA - la base d'opérations avancée Chapman, «une installation militaire US secrète dans l'est de l'Afghanistan».

Étant donné la présence des combattants de l'Etat islamique (y compris ceux transférés de Syrie vers l'Afghanistan - dans des avions US, selon la Russie et l'Iran), le lien entre les talibans et al-Qaïda, et surtout, la présence de terroristes Ouïghours, d'Asie centrale et de Tchétchénie, l'intronisation de la Turquie en tant qu’acolyte des États-Unis en Afghanistan est en effet inquiétante pour les États de la région. La Turquie a transféré des combattants jihadistes d'Idlib vers la Libye et le Haut-Karabakh pour mener des guerres hybrides.

De manière significative, la Turquie a brusquement changé sa position sur la question ouïghoure après des années de passivité et l'a qualifiée de problème diplomatique entre Ankara et Pékin. L’ambassadeur de Chine à Ankara a été convoqué au ministère des Affaires étrangères de la Turquie mardi dernier.

En revanche, un «dégel» perceptible dans les relations américano-turques est en cours. Lors de la récente réunion ministérielle de l'OTAN à Bruxelles, le secrétaire d'État américain Antony Blinken a souligné: «Je crois que la présence de la Turquie dans l'OTAN est particulièrement dans notre intérêt commun». Toute ouverture US envers la Turquie aura clairement besoin d'une puissante "success story". C’est là que le rôle de médiation de la Turquie en Afghanistan et un rôle potentiel dans l’Afghanistan post-occupation, deviennent des modèles de la stratégie de Washington du double confinement à l’égard de la Russie et de la Chine.

La Turquie a revendiqué le rôle de chef de file du monde turc qui s'étend de la mer Noire aux steppes d'Asie centrale et au Xinjiang. En termes simples, le rôle de la Turquie en Afghanistan et en Asie centrale remettra en question ses relations avec la Russie, déjà sous tension en Libye, en Syrie, dans le Caucase et potentiellement dans la mer Noire et les Balkans. (Lors d'une conversation téléphonique vendredi, le président russe Vladimir Poutine a mis en garde le président turc Recep Erdogan sur «l'importance de préserver la Convention de Montreux de 1936 concernant le régime du détroit du Bosphore en vue d'assurer la stabilité et la sécurité régionales.»)

Les États-Unis espèrent également maintenir l'Iran déséquilibré au niveau régional en encourageant le revanchisme turc. La rivalité turco-iranienne est déjà palpable en Irak où Washington espère établir l'OTAN comme fournisseur de sécurité. De sérieuses divisions entre Ankara et Téhéran apparaissent également concernant le Haut-Karabakh. L’avenir de l’Afghanistan a donc figuré en bonne place dans les discussions lors de la récente tournée régionale de six jours du Ministre iranien des affaires étrangères Mohammed Zarif dans les capitales d’Asie centrale.

La Chine et la Russie sont vigilantes quant aux intentions US en Afghanistan. (cf. La Chine est contrariée par la présence US en Afghanistan.) Et les deux ont des relations problématiques avec Erdogan. L’ascension de la Turquie dans le paysage afghano-asiatique n’est pas  de nature à les mettre à l’aise. Lors de sa récente visite à Téhéran, le conseiller d’État et Ministre des affaires étrangères de la Chine, Wang Yi, a exprimé son soutien à l’adhésion de l’Iran à l’Organisation de coopération de Shanghai. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov doit se rendre à Téhéran le 14 avril.

Dans l'ensemble, ces réalignements géopolitiques ont lieu alors que les États-Unis intensifient les sanctions contre la Chine et la Russie. Mais, pour la Turquie, l'intervention en Syrie s'est avérée profitable. Les territoires sous contrôle turc du nord de la Syrie couvrent déjà une superficie de 8 835 kilomètres carrés et Ankara n'a pas l'intention d’abandonner son occupation.

La Turquie cherchera sans aucun doute des gains similaires. Pour commencer, regagner la primauté dans le système d’alliance occidentale en tant que partenaire irremplaçable des États-Unis, et en qu’interlocuteur de l’Europe avec le Moyen-Orient musulman a toujours été un rêve turc. Un point décisif sera si Washington peut convaincre l'Union Européenne d'accorder une dispense spéciale pour la Turquie – une «adhésion associée» est une possibilité.

Pour l'UE également, la Turquie devient un partenaire clé si l'OTAN veut se consolider sa présence dans la mer Noire et encercler la Russie dans son arrière-cour. La Turquie s'est déjà positionnée comme un fournisseur de sécurité pour le régime anti-russe en Ukraine. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a rendu visite samedi à Erdogan dans un contexte de tensions croissantes avec la Russie.

Les responsables turcs sont prudemment optimistes quant aux récents efforts de haut niveau pour améliorer le dialogue entre Ankara et Bruxelles. Les acteurs européens se coordonnent avec Washington. La visite de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et du président du Conseil européen Charles Michel à Ankara mercredi dernier peut être considérée comme un effort initial significatif en vue d’améliorer les relations avec la Turquie. Comme l'a dit un commentateur turc, le «rameau d'olivier» donné par les dirigeants de l'UE à Erdogan a «cinq feuilles principales»:

  • Agenda concret sur la coopération économique et la migration;
  • Traitement et mise à jour des problèmes liés à l'union douanière;
  • Engagement à poursuivre le flux de fonds pour les réfugiés en Turquie;
  • Donner un nouvel élan aux relations avec la Turquie dans des domaines clés de coopération; et,
  • La sécurité et la stabilité de la Méditerranée orientale.

L’un dans l’autre, la Turquie est «incitée» à revenir dans le giron occidental et à jouer le rôle qui lui revient en tant que puissance de l'OTAN. Aujourd'hui, la Turquie est probablement le seul allié régional et international sur lequel Washington peut s'appuyer pour détourner le Pakistan de l'orbite de la Chine et de la Russie, ce qui fait vraiment de la Turquie un partenaire indispensable des États-Unis et de l'OTAN dans un Afghanistan gouverné par les talibans.

De fait, la Russie et la Turquie ont été historiquement rivales en Afghanistan. La Turquie entretient avec l’Afghanistan des liens panislamiques séculaires et profondément enracinés qui sont de loin antérieurs à la création du Pakistan en 1947. Il reste à voir dans quelle mesure le Pakistan sera disposé à jouer un rôle subalterne dans l’Afghanistan futur. Mais tout cela doit alors inquiéter la Russie en ce qui concerne la sécurité et la stabilité de son arrière-cour d'Asie centrale et du nord-Caucase. La visite du Ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov à Islamabad la semaine dernière était la première de ce genre depuis 2012.

Fondamentalement, les contradictions dans les relations américano-turques ne s’évanouiront pas simplement - l’alliance des États-Unis avec les Kurdes en Syrie; l’opposition des États-Unis à l’intervention de la Turquie en Libye; le bilan épouvantable d’Erdogan en matière de droits de l’homme; la discorde sur le marché entre la Turquie et la Russie sur les missiles S-400; etc. Mais les deux alliés de la guerre froide sont également habitués à mettre de côté les contradictions chaque fois que des opportunités se présentent de travailler ensemble pour un bénéfice mutuel.

Sans aucun doute, dans la dynamique de puissance des régions hautement stratégiques entourant l'Afghanistan, les deux pays peuvent espérer une coopération «gagnant-gagnant».

M K Bhadrakumar
Autres textes de M K Bhadrakumar sur le site du CSO

Derniers textes publiés :

Afghanistan, le plan USA d’une nouvelle catastrophe
Manlio Dinucci
il manifesto

Ordre USA contre la Russie : Italie au garde-à-vous
Manlio Dinucci
il manifesto

Les États-Unis s'attendent à ce que la Russie se soumette. Le fera-t-elle?
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

Ukraine, bombe USA en Europe
Manlio Dinucci
il manifesto

L’Océan Indien n’est pas l’Océan de l’Inde
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

Les États-Unis, la Turquie, l'Etat islamique, Al-Qaïda et les talibans forment une famille heureuse
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

Joe Biden recrute les alliés
Manlio Dinucci
il manifesto

Ukraine : Le conflit gelé est en train de se réchauffer
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

L’armée USA “défenseur” de l’Europe arrive
Manlio Dinucci
il manifesto

Les recrues du Parti Démocratique du Kurdistan d'Iran comparées à la progéniture de ses dirigeants
Hegwig Kuijpers

La Chine est contrariée par la présence US en Afghanistan
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

Des missiles hypersoniques USA en Europe à 5 minutes de Moscou
Manlio Dinucci
il manifesto