Il y a 60 ans : la tragédie de Hiroshima et Nagasaki (3e partie)
Pierre Piérart
3 juillet 2005

Soixantième anniversaire de la tragédie de Hiroshima et de Nagasaki.

Juin. Klaus Fuchs fournit une description détaillée de la bombe au plutonium aux Soviétiques. Togo, ministre des Affaires étrangères, interviendra auprès de l'ambassadeur soviétique, J. Malik, pour qu'il facilite les médiations entre le Japon et les Etats-Unis. Cette démarche diplomatique n'aura aucun effet. On le comprend aisément vu que les Soviétiques se sont engagés à déclarer les hostilités contre le Japon trois mois après l'écroulement du 3ème Reich. On remarquera que la première bombe atomique américaine, qui doit être testée à Alamogordo, n'est pas encore prête ce qui explique le report de l'essai au 16 juillet, veille de l'ouverture de la Conférence de Potsdam.

5 juin. D. Eisenhower, B. Montgomery et J. De Lattre de Tassigny prennent le pouvoir à Berlin.

6. juin. Stimson informe le président Truman que le projet Manhattan doit rester secret. Deux semaines plus tard, le comité conseille au président d'annoncer la bombe discrètement à Staline.

11 juin. Rapport de James Franck sur les dangers d'une course aux armements atomiques.

18 juin. Réunion des chefs militaires américains. Les pertes estimées, suite à un débarquement au Japon, ne dépasseraient pas 50.000 hommes.

21 juin. Le comité intérimaire dirigé par Stimson affirme que la bombe doit être utilisée à la toute première occasion, sans avertissement, sur une ville avec une usine d'armement.

26 juin. Fin de la conférence de San Francisco. 51 nations ratifient la charte des Nations Unies.

29 juin. Rattachement de la Ruthénie tchécoslovaque à l'Ukraine permettant le passage des troupes soviétiques en Tchécoslovaquie.

30 juin. Le comité responsable de l'essai de Trinity (Alamogordo) recule la date de l'essai atomique au 16 juillet 45.