Le mépris de l'OTAN pour le Traité de Non Prolifération (TNP)
Pierre Piérart
1er juin 2000

La 6ème Conférence de révision du TNP s'est déroulée à New York du 24 avril au 19 mai de cette année et fait suite à celle de 1995 qui a décidé de prolonger indéfiniment le traité. Le TNP est aujourd'hui reconnu par 187 pays. Seuls l'Inde, le Pakistan, Israël et Cuba n'y ont pas adhéré.

Le statut de l'OTAN par rapport à cet instrument de sécurité nous semble particulièrement inquiétant. L'alliance militaire n'étant pas signataire du TNP, elle se considère comme non concerné par le traité et donc absolument libre de ne pas respecter les articles I et II qui interdisent le transfert d'armes nucléaires d'une puissance détentrice à un pays non doté de ce type d'engin.

Selon son nouveau concept stratégique adopté au sommet de Washington de 1999, l'OTAN maintient la dimension nucléaire sur le territoire de sept pays au mépris le plus total du droit international et en particulier de l'avis de la Cour Internationale de Justice de La Haye prononcé en juillet 1996. Le tableau ci-dessous énumère les 248 abris souterrains où sont entreposés environ 200 bombes B-61 qui peuvent être transportées d'une base à l'autre par des avions F-16.