10 novembre 2020
Ainsi Biden synthétise-t-il son programme de politique étrangère : tandis que “le président Trump a diminué, affaibli et abandonné alliés et partenaires, et abdiqué du leadership américain, comme président j’accomplirai immédiatement des actes pour renouveler les alliances des États-Unis, et faire en sorte que l’Amérique, encore une fois, conduise le monde”.
3 novembre 2020
Jusqu’à présent dans le monde se sont accumulées (selon des estimations de 2015) environ 240 tonnes de plutonium à usage militaire direct et 2.400 tonnes à usage civil, avec lesquelles on peut cependant produire des armes nucléaires, plus environ 1.400 tonnes d’uranium hautement enrichi à usage militaire. Quelques centaines de kilogrammes de plutonium suffiraient pour provoquer le cancer des poumons aux 7,7 milliards d’habitants de la planète, et le plutonium reste létal pendant une période correspondant à presque dix-mille générations humaines. Ainsi a-t-on accumulé un potentiel destructeur en mesure, pour la première fois dans l’histoire, de faire disparaître l’espèce humaine de la surface de la Terre.
27 octobre 2020
En Europe, le Traité ONU a été ratifié seulement par Autriche, Irlande, Malte, Liechtenstein, Saint Marin et Saint Siège. Pour que puisse être réalisé l’objectif vital du Traité, est indispensable une vaste mobilisation de l’opinion publique pour le désarmement nucléaire, actuellement inexistante puisque la menace de guerre nucléaire est tue, aujourd’hui plus encore qu’avant, par les appareils politico-médiatiques car ils ne parlent que de la menace du virus.
13 octobre 2020
Alors que la “crise du Coronavirus” continue à provoquer en Italie aussi des conséquences socio-économiques dévastatrices, une part importante du “Fonds de Relance” (Recovery Fund) est destinée non pas aux secteurs économiques et sociaux les plus touchés, mais aux secteurs les plus avancés de l’industrie de guerre.
7 octobre 2020
L’aire où seront basés les F-35, clôturée et surveillée, sera séparée du reste de l’aéroport et top secret. La raison en est claire : à côté des nouveaux chasseurs seront basées à Ghedi, dans un dépôt secret qui n’apparaît pas dans l’adjudication, les nouvelles bombes nucléaires étasuniennes B61-12. [...] Le nouveau chasseur F-35A et la nouvelle bombe nucléaire B61-12 constituent un système d’arme intégré : l’utilisation de l’avion comporte l’usage de la bombe. Le ministre de la Défense Guerini (Pd) a confirmé que l’Italie maintient son engagement à acheter 90 chasseurs F-35, dont 60 de modèle A à capacité nucléaire.
29 septembre 2020
La stratégie US est déclarée : réduire et enfin bloquer les exportations russes de gaz en Europe, en les remplaçant avec du gaz fourni ou en tous cas contrôlé par les USA. En 2014 ils ont bloqué le SouthStream, qui à travers la Mer Noire aurait apporté en Italie le gaz russe à des prix compétitifs, et ils tentent de faire la même chose avec le TurkStream qui, à travers la Mer Noire, apporte le gaz russe dans la partie européenne de la Turquie pour le faire arriver en Europe. En même temps les USA essaient de bloquer la Nouvelle Route de la Soie, le réseau d’infrastructures projeté pour relier la Chine à la Méditerranée et à l’Europe. Au Moyen-Orient, les USA ont bloqué avec la guerre le couloir énergétique qui, sur la base d’un accord stipulé en 2011, aurait transporté, à travers l’Irak et la Syrie, du gaz iranien jusque sur la Méditerranée et en Europe.
15 septembre 2020
Le véritable “délit” pour lequel Assange est jugé est celui d’avoir ouvert une brèche dans le mur d’omertà politico-médiatique qui couvre les intérêts réels de puissantes élites qui, opérant dans l’”État profond”, jouent la carte de la guerre. C’est ce pouvoir occulte qui soumet Julian Assange à un procès, instruit par Lady Arbuthnot, qui comme traitement de l’accusé rappelle ceux de la Sainte Inquisition.
8 septembre 2020
Les experts prévoient que la 5G aura un rôle déterminant dans le développement d’armes hypersoniques, y compris celles à tête nucléaire : pour les guider sur des trajectoires va-riables, en échappant aux missiles intercepteurs, il faut recueillir, élaborer et transmettre d’énormes quantités de données en des temps très rapides. La même chose est nécessaire pour activer les défenses en cas d’attaques avec ces armes, en se fiant à des systèmes auto-matiques.
14 juillet 2020
Tandis que de nombreuses activités bloquées par le confinement ont du mal à repartir après le relâchement des restrictions, il en est une qui, ne s’étant jamais arrêtée, est actuellement en train de s’accélérer : celle de Camp Darby, le plus grand arsenal USA dans le monde en dehors de la mère patrie, situé entre Pise et Livourne.
7 juillet 2020
[...] après de longues tractations, l’administration Trump a conclu en février dernier un accord avec les Talibans prévoyant, en échange d’une série de garanties, la réduction du nombre des troupes USA en Afghanistan de 8.600 à 4.500. Cela ne signifie pas le fin de l’intervention militaire USA en Afghanistan, qui continue avec forces spéciales, drones et bombardiers. L’accord, toutefois, ouvrirait la voie à une désescalade du conflit armé. Mais peu de mois après la signature, il a été rompu : non pas par les Talibans afghans mais par les Démocrates étasuniens. Ceux-ci ont fait passer au Congrès un amendement à l’Acte d’autorisation qui alloue 740,5 milliards de dollars pour le budget du Pentagone dans l’année fiscale 2021.
9 juin 2020
Le plan de Washington est clair : exploiter la crise et les fractures dans l’Ue pour renforcer l’influence USA en Italie. Les conséquences sont évidentes. Tandis par exemple que ce serait notre intérêt national de supprimer les sanctions contre Moscou, afin de relancer l’export italien en Russie pour redonner de l’oxygène surtout aux petites et moyennes entreprises, ce choix est rendu impossible par notre dépendance aux choix de Washington et de Bruxelles. En même temps sont en mis danger les accords de l’Italie avec la Chine dans le cadre de la Nouvelle Route de la Soie, peu appréciés à Washington.
5 mai 2020
Chaque minute sont dépensés dans le monde environ 4 millions de dollars à des fins militaires. C’est ce qu’indiquent les dernières estimations du Sipri : en 2019 la dépense militaire mondiale a presque atteint les 2.000 milliards de dollars, le plus haut niveau depuis 1988 en net d’inflation. Ceci signifie qu’aujourd’hui on dépense en armes, armées et guerres plus que ce que l’on dépensait dans la dernière phase de l’affrontement entre USA et URSS et leurs alliances respectives.
14 avril 2020
On ne sait pas encore quels instruments seront utilisés par les États-Unis pour «soutenir la reprise de l’économie italienne», ni quelles seront les conditions auxquelles seront concédées les «aides». Le plan de Washington est cependant clair : exploiter la crise et les fractures dans l’Ue pour renforcer l’influence USA en Italie, en affaiblissant en même temps les rapports de l’Italie avec la Chine et la Russie. L’autorité avec laquelle a été lancé le plan d’ «assistance à la république Italienne» le confirme : une série d’ordres présidentiels donnés non seulement aux secrétaires des départements cités ci-dessus, mais au Secrétaire d’État et à l’Assistant du Président pour les Affaires de sécurité nationale.
12 septembre 2015
18 décembre 2012
3 novembre 2011
Les avions de chasse OTAN stationnés à Decimomannu (Cagliari, Sardaigne) avaient à peine fini de bombarder la Libye que s’est immédiatement déroulée dans la base aérienne la manœuvre Vega 2011. Hôte d’honneur l’aviation israélienne, qui, avec celles italienne, allemande et hollandaise, s’est exercée à des « attaques à longue portée ». Comme le rapporte ce matin la presse israélienne elle-même, ceci entre dans le cadre de la préparation d’une attaque contre les implantations nucléaires iraniennes. La manœuvre fait partie de la coopération militaire Italie-Israël, établie par la Loi du 17 mai 2005. Elle entre aussi en même temps dans le « Programme de coopération individuelle » avec Israël, ratifié par l’OTAN le 2 décembre 2008, trois semaines environ avant l’attaque contre Gaza. Elle comprend non seulement des manœuvres militaires conjointes, mais l’intégration des forces armées israéliennes dans le système électronique OTAN et la coopération dans le secteur des armements. C’est ainsi que la seule puissance nucléaire de la région, Israël, se trouve de fait intégrée dans l’OTAN même si elle refuse de signer le Traité de non-prolifération (alors que l’Iran, qui ne possède pas d’armes nucléaires, l’a signé).
18 mars 2009
La locomotive [de la course au réarmement] est l’OTAN, dont la dépense est en augmentation continue du fait de la montée en puissance de la machine de guerre et de l’envoi des forces armées dans des théâtres d’opérations lointains, comme l’Afghanistan. Selon les dernières données officielles , cette dépense a dépassé en 2008 les 895 milliards de dollars, équivalents aux deux tiers de la dépense militaire mondiale. En réalité, elle est encore plus haute.
17 février 2007
Le doublement projeté de la base étasunienne de Vicenza entre dans un cadre qui va bien au-delà de l’environnement local : le Pentagone est en fait en train de redéployer troupes et bases depuis le centre et le nord de l’Europe dans sa région méridionale et orientale, pour déployer plus rapidement et efficacement ses propres forces soit au Moyen-Orient et en Afrique, soit en Asie centrale. Dans cette réorientation stratégique, les commandements et les bases étasuniennes en Italie jouent un rôle clé. Cela implique l’augmentation de tout le système militaire étasunien dans notre pays.
30 avril 2006
Washington fait pression pour l’élargissement de l’Otan à l’est. La raison en est claire : cela lui permet de faire avancer ses propres forces et bases vers l’est. Confirmé par le fait que la secrétaire d’état Condoleeza Rice, après sa rencontre « informelle » de Sofia, a signé un important accord officiel avec le gouvernement bulgare. Cet accord autorise le Pentagone à utiliser quatre bases militaires bulgares. [...] L’accord consent en outre aux Etats-Unis d’utiliser les bases pour des « missions en pays tiers sans l’autorisation spécifique des autorités bulgares ». Celles-ci renoncent aussi à exercer le droit de juridiction sur des délits commis en Bulgarie par des militaires étasuniens.